Lettre ouverte à Alexandre Taillefer

6 décembre 2017, 16 h 02

Alexandre,

Votre documentaire m’a touchée. Et je suis persuadée qu’il a touché beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde. Des parents, comme moi, des jeunes et des moins jeunes. Votre documentaire est une flèche qui file droit au coeur.

Pourquoi?

Pourquoi vos propos, votre démarche, nous chavirent-ils autant?

Parce que vous parlez vrai.

Parce que vous ne vous racontez pas d’histoires.

Parce que vous avez du courage. Le courage d’entrer dans votre souffrance. De la laisser vous pénétrer aux limites du supportable. Vous laissez la souffrance vous malmener, vous chahuter, vous acceptez le chaos qu’elle provoque au plus profond de votre être, avec la fragile mais absolue conviction que ce chaos peut et doit déboucher sur quelque chose de beau et de grand. On vous sent vibrer aux limites de ce qui est humainement tolérable. On vous sent au bord du précipice. Et pour peu que nous ayons déjà marché, nous aussi, sur la corde raide, un pied sur le fil et l’autre, ballant, suspendu dans le vide, nous voilà prêts à vous suivre.

Thomas, c’est un prénom qui ne résonnera plus jamais de la même façon pour moi. Thomas, ce matin, j’avais l’impression de le voir et de l’entendre. Je le voyais prendre l’autobus, assister à un cours de math, je l’imaginais en train de rigoler avec ses amis. Thomas n’est plus, mais Thomas m’habite. Complètement. Désormais, Thomas c’est l’amour. C’est le visage de l’amour filial qui déborde et m’habite complètement.

Alexandre, par votre histoire familiale, par le récit de votre histoire d’amour avec Thomas, vous nous sensibilisez à différents enjeux dont il faut parler, dont il faut se préccuper et dont il  faut s’occuper, individuellement et collectivement. Vous nous informez sur les risques et ravages de la cyberdépendance, une réalité nouvelle. Vous questionnez le système de santé que nous savons déficient depuis longtemps. Particulièrement en matière de santé mentale.  Vous le faites avec une humilité qui vous honore, sans jamais avoir recours à votre autorité d’homme qui brasse de grosses affaires. Vous adoptez la position « basse », c’est-à-dire le point de vue universel du père, du simple papa qui aime son fils et lui reste obstinément fidèle, non pas par le biais mortifiant de la honte ou de la culpabilité, mais par le recours, vivifiant, à la fraternité humaine.

Alexandre, vous nous prouvez, par votre chavirant témoignage, que la mort, même violente, ne peut rompre l’enchantement d’un amour sincère.

Portez-vous bien.

Portez-vous tous de mieux en mieux.

Aïcha

1002

Publicités

6 réflexions sur “Lettre ouverte à Alexandre Taillefer

  1. Mais surtout pourquoi toutes les médias n en parle pas?? Pour que ce qu il essaie de faire ou plutot d implanter cette plate forme dans toutes les écoles car c est d une importance capitale .Ce papa essaie d aidé le monde à ne pas vivre la même douleur que lui que Thomas que sa famille donc au minimum parlons de YOUHOU! En attendant que Barette se décide à faire quelques choses pour la santé mentale .
    Un immense Merci à Mr Taillefer pour tout et de la part des enfants
    Merci

    J’aime

  2. Merci m. Taillefer j ai vecu la même chose que vous mais le 4octobre dernier et on a écouté votre BYE mardi en groupe avec ma fille et des amis. Je suis à dire à tout le monde qui veux bien m entendre d aller chercher des services d un psychologue ou autre pour qu on fasse disparaitre ce fléau du suicide le plus possible. Merci

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s