Entre! Et fais comme chez toi!

« L’hospitalité est la vertu d’une belle âme qui tient à tout

l’univers par les liens de l’humanité. « 


Francis Bacon, Essais, 1625

Parmi les expériences les plus désagréables qu’on puisse vivre dans la vie : se cogner le nez à une porte fermée, au sens propre comme au sens figuré. Particulièrement au figuré. Mise à pied brutale, candidature rejetée, congédiement amoureux, refus catégorique, réplique cinglante, décision irrévocable, virage à 180 degrés. Nous avons tous déjà reçu un verdict sans appel.

« J’ai changé d’idée, dira-t-il. C’est comme ça. Je ne te donne pas le choix. »

Tristesse. Colère. Déception. Sentiment d’impuissance.

Et incrédulité.

On tombe littéralement des nues.

Quoi? Mais comment est-ce possible? J’ai fait tout ce chemin, j’ai investi tous ces efforts, j’ai nourri tous ces espoirs strictement pour rien?

Oui madame.

Il faut du temps pour se remettre. Dans certains cas, on ne se remet jamais entièrement. On apprend juste à « vivre avec ». À « faire avec ». À notre personnalité s’ajoute une nouvelle couleur ou dimension: la mélancolie. À moins que ce soit une ombre. Une ombre au tableau de notre vie ; un rejet qu’on n’a jamais vraiment avalé.

Heureusement, au sommet des expériences les plus agréables qu’on puisse vivre se trouve une chose absolument essentielle :

l’accueil.

C’est à ça que j’ai pensé longuement en me réveillant ce matin.  À l’accueil. Sous toutes ses formes. J’ai pensé… Il n’y a pas grand chose de plus beau et de plus grand que l’expérience humaine de l’accueil.

Un sourire, un clin d’oeil complice, un geste tendre, une oreille attentive, un regard doux, un coup de main, une facture qu’on nous dérobe pour faire plaisir, un silence enveloppant, une invitation spontanée!

Entre! Mais entre, voyons! Ici, tu es toujours la bienvenue! Le frigo est plein! Tu prends ce que tu veux. 

Ce matin, en me réveillant, j’ai eu envie de remercier toutes les personnes qui, comme autant de portes ouvertes dans ma vie, m’ont tout simplement accueillie avec confiance.

Aimer, c’est quelque chose comme…

tu es chez toi chez moi

Publicités