Mon carnet… du 1er janvier

Carnet d’une maman séparée, à l’aube d’une nouvelle année

1002

Les enfants sont partis chez leur papa jusqu’à leur retour en classe. Quatre autres belles journées de vacances que je me désole de voir filer… sans eux. Qu’aurions-nous fait de tout ce temps libre? Flâner au lit, bouquiner, rire, se taquiner, jouer dans la neige, voir un film, patiner au féérique domaine de la forêt perdue? Quoi d’autre encore?

Quoi d’autre? Nous aimer. Le plus simplement du monde: nous aimer.

Vous me direz que l’important, ce n’est pas la quantité de temps passé auprès de nos enfants, c’est la qualité. L’important, c’est de prodiguer à nos enfants du temps de qualité. Je ne suis pas d’accord. Que voulez-vous, j’ai toujours été, sans toujours y arriver, une maman décidée à offrir les deux : quantité ET qualité. J’ai toujours pensé que l’amour se développe et s’épanouit dans le temps partagé dans la plus grande simplicité, au fil de toutes ces activités quotidiennes que nous pratiquons ensemble. Je ne m’habitue pas aux départs répétés de mes enfants. J’essaie de les vivre le plus sereinement possible (parfois j’y parviens, parfois pas du tout), mais je ne m’y habitue pas. Que voulez-vous, je suis de ces parents qui aiment veiller de près sur leurs enfants. Je ne les ai pas mis au monde pour les partager avec leur père et sa nouvelle amoureuse comme on partage les parts d’un gâteau… Je le vis comme un non-sens.

Contrairement à bien des parents séparés, je ne ressens pas le besoin de «refaire ma vie», de «penser plus à moi», d’assumer 100 % de ma responsabilité parentale mais seulement 50% du temps. Et ce n’est pas la peine de m’écrire pour me consoler, pour me donner des conseils, pour me convaincre de l’importance des papas, pour me dire de sortir, d’aller au gym, de m’inscrire à nouveau loisir, de lâcher prise. J’ai fait plusieurs fois le tour de la question et je travaille fort pour accepter ce qui pour le moment me semble inconcevable, pour intégrer le douloureux deuil de ma famille. Je sais tout ça. Le processus est en cours…

En cette nouvelle année, mes vœux vont à tous les parents qui, comme moi, peinent à accepter l’éclatement de leur famille. Puissions-nous miser avec enthousiasme sur les joies à venir, profiter pleinement de tout ce qui est encore possible, vivre nos déceptions, tout en nous ouvrant avec confiance à de nouvelles perspectives! Les pertes sont considérables, mais nous n’avons pas tout perdu.

En terminant, mes vœux de bonne et heureuse année vont surtout aux enfants de familles récemment éclatées et tout spécialement aux miens, s’ils décident de fouiner sur le blogue de maman… Sachez que rien n’empêche une maman aimante de veiller sur ses enfants parce que l’amour d’une maman est un territoire infini! Je serai toujours là pour vous écouter, vous soutenir, vous encourager et célébrer vos réussites!

Je vous aime. Vous pouvez compter sur moi.

Je suis fragile et très forte à la fois.

Je suis là.

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Mon carnet… du 1er janvier

  1. Bonne Année Aicha. Merci pour ce partage, continue d’être fragile et forte, tu demeures un modèle pour tes enfants, pour les mamans et les parents, une femme d’exception. Chantal Charpentier

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s