AOÛT / La mort, l’amour, la vie en 3 extraits choisis par Aïcha

Chaque mois, je vous propose une incursion dans ma bibliothèque en espérant vous communiquer ma passion pour la littérature!

cropped-bandeau_blogue_aicha.jpg

La mort

«Tit-Ange le trouva mort, le petit oiseau, sur la dernière marche de l’escalier. Même si elle ne le connaissait que depuis deux jours, elle éprouva un chagrin cruel, précis, et violent. Elle s’accroupit, approcha sa main, toucha le ventre de l’oiseau. Il était tiède et tendre, on aurait dit de la mie de pain.

– Papa!

Elle l’entendit poser tout de suite le gros dictionnaire sur la table et s’approcher d’elle, de la véranda et de l’oiseau, d’un pas pressé : « S’il se dépêche, c’est à cause de ce tremblement dans ma voix. Je l’ai de plus en plus souvent, ce petit chevrotement-là, et ça l’inquiète», songea-Tit-Ange.

Il ouvrit la porte-moustiquaire, s’appuya au chambranle et fixa sur l’oiseau mort des yeux résolument tranquilles. Au bout d’un moment, sa mèche grise glissa doucement sur son front. «On dirait la queue d’une vieille petite bête qui nicherait sur sa tête» imagina Tit-Ange, à qui cette évocation fit plus de mal encore que la mort de l’oiseau.

-C’est un sizerin flammé. Ou pourpré.

Il avait dit ça d’une voix fatiguée, qui se voulait scientifique, détachée. Tit-Ange se releva et vint lui prendre le bras. Comme toujours, ce qui lui faisait peur, à elle, l’effrayait lui plus encore, et c’est Tit-Ange qui consolerait son père d’avoir mal à cause d’elle et de son oiseau. »

Robert Lalonde, Où vont les sizerins flammés en été

L’amour

«Des années après la guerre, après les mariages, les enfants, les divorces, les livres, il était venu à Paris avec sa femme. Il lui avait téléphoné. C’est moi. Elle l’avait reconnu dès la voix. Il avait dit : c’est moi. Je voulais seulement entendre votre voix. Elle avait dit: C’est moi, bonjour. Il était intimidé, il avait peur comme avant. Sa voix tremblait tout à coup. Et avec le tremblement, tout à coup, elle avait retrouvé l’accent de la Chine. Il savait qu’elle avait commencé à écrire des livres, il l’avait su par la mère qu’il avait revu à Saigon. Et aussi pour le petit frère, qu’il avait été triste pour elle. Et puis il n’avait plus su quoi lui dire. Et puis il le lui avait dit. Il lui avait dit que c’était comme avant, qu’il l’aimait encore, qu’il ne pourrait jamais cesser de l’aimer, qu’il l’aimerait jusqu’à sa mort.»

Marguerite Duras, L’amant

La vie

«De plus en plus, on se représente la nature comme ce qui est «là-dehors», peut-être dans les parcs ou de petits coins de verdure, mais pas dans le fossé au bout de la rue, et dans des lieux qui ne sont le plus souvent accessibles qu’en voiture. La génération d’enfants actuelle est l’une des plus déconnectées de la nature à ce jour dans notre histoire. Nos enfants savent utiliser une souris d’ordinateur, mais n’en ont peut-être jamais vu une à l’état sauvage. Ils ont sans doute entendu parler des changements climatiques et des espèces menacées, mais sont probablement incapables de nommer ne serait-ce que quelques plantes indigènes de leur voisinage.

Aujourd’hui, comme le dit Louv, un enfant peut vraisemblablement vous parler de la forêt tropicale d’Amazonie, mais pas de la dernière fois qu’il ou elle a exploré le bois en solitaire ou s’est rendu dans un champ pour écouter le vent et regarder défiler les nuages.

Certains balaieront peut-être du revers de la main ces réflexions les jugeant nostalgiques ou sentimentales, mais si notre expérience directe de la nature est limitée, notre lien affectif l’est aussi avec les milieux qui, en fin de compte, nous gardent en vie. »

David Suzuki, L’équilibre sacré

3 réflexions sur “AOÛT / La mort, l’amour, la vie en 3 extraits choisis par Aïcha

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s