Une histoire pour grandir

Petits et grands défis

Samuel refuse de manger. Noémie a peur du noir. Julianne a perdu sa grand-maman adorée. Mathis n’aime pas du tout la nouvelle suppléante de son enseignante. Alexandrine pique des crises depuis la naissance de son petit frère. Julien n’est plus le même depuis le départ de son papa. Antoine redoute la chirurgie qu’il devra subir la semaine prochaine. Malgré le nombre grandissant d’ouvrages et de sites internet consacrés à l’éducation des enfants, les parents manquent parfois d’idées pour aider leur enfant à surmonter un problème, petit ou grand.

La métaphore, un outil de changement

Quand les conseils des proches et des experts ont été mis en pratique sans succès, il est temps de recadrer complètement la situation problématique. Accessible à tous les parents et aux enfants de tout âge, flexible à souhait, la métaphore se révèle un outil puissant de changement puisqu’elle permet de vaincre les résistances opposées à un message direct. Chaque enfant a sa personnalité, son rythme et ses difficultés. Et les recettes toutes faites ont leurs limites, en cuisine comme dans les rapports parents-enfants. Aussi, le parent peut offrir de nouvelles alternatives à son enfant en créant pour lui une histoire «sur mesure».

chien-moufette

Métaphore 101

La métaphore est une figure de la ressemblance qui permet de rapprocher deux aspects de la réalité qui se ressemblent, comme la comparaison, mais sans l’aide de termes de comparaison (comme, ainsi que, pareil à, tel).
Ex. de comparaison Pier-Alexandre est lumineux comme un rayon de soleil!
Ex. de métaphore Au réveil, c’est un rayon de soleil!

Qu’est-ce qu’une histoire pour grandir?

Une histoire pour grandir est une métaphore filée (métaphore se prolongeant sur plusieurs lignes) qui reprend, sous une forme symbolique, les éléments de l’expérience réelle d’un enfant et propose une solution surprenante à un problème dans le but d’entraîner un changement.

moufette-4

Par où commencer?

D’abord, le parent choisit un contexte pour l’histoire. Forêt magique, conte de fées, Moyen Âge, univers marin ou planète lointaine par exemple. Ensuite, il invente une histoire en s’assurant que son enfant trouvera, sous une forme symbolique, imagée, tous les éléments de la situation réelle. Une métaphore bien construite permet à l’enfant de reconnaître son problème, les solutions explorées jusqu’à présent, les obstacles à franchir (ces solutions et obstacles deviendront des péripéties), ses proches et le changement espéré. Plus l’histoire sera personnalisée, plus l’enfant sera heureux de l’entendre!

Une histoire «sur mesure»

Pier-Alexandre, trois ans, aime reconnaître dans son histoire quelques paroles de chansons de Benoît ou de Passe-Partout. Il prend plaisir à compléter les expressions de ses personnages animés préférés. Maman lance une phrase : «On va traverser le pont…» Et Pier-Alexandre s’empresse de poursuivre, tout excité : «… qui mène à la rivière. C’est gagné! C’est gagné!» Il aime aussi retrouver les mots d’amour de son papa dans la bouche du héros : «Je t’aime gros comme le soleil et toutes les étoiles dans le ciel!». En somme, plus l’enfant reconnaît ce qui lui est cher, son toutou favori, son ballon chanceux, plus il est touché. Quand la métaphore est efficace, la communication s’établit à plusieurs niveaux en même temps, ce qui permet au parent d’avoir accès aux ressources inconscientes de son enfant.

Comment conclure?

En guise de conclusion à l’histoire, le parent proposera une ou plusieurs solutions surprenantes au problème. Faute d’inspiration, il pourra tout aussi bien opter pour la métaphore sans fin en invitant son enfant à trouver lui-même une solution originale au problème du héros et donc, indirectement, à son problème! Les solutions des enfants, faut-il le rappeler, sont souvent plus créatives que celle des adultes. Une preuve? Récemment, Pier-Alexandre a vaincu sa peur du noir de son propre chef en demandant la permission de fermer complètement la porte de sa chambre et d’éteindre la lumière du corridor attenant pour faire place à l’obscurité totale. «Maman, je n’avais peur que des ombres!», explique-t-il tout bonnement, subitement rassuré.

Le pouvoir étonnant de la métaphore

Les impacts de la métaphore sur la relation parent-enfant sont nombreux et remarquables. En faisant appel aux symboles, la métaphore a le mérite de créer une passerelle entre le conscient et l’inconscient. Elle permet tantôt de dissuader l’enfant d’une mauvaise habitude, tantôt de l’encourager à relever un défi. Lue ou racontée dans des mots de tous les jours, bien à l’abri dans la complicité d’une relation intime sans artifice, elle enrichit la relation affective et marque un précieux temps d’arrêt dans le bourdonnement de la vie de famille. Or l’amour, c’est bien connu, grandit dans le temps.

moufette3

Un cadeau inestimable

Privilégiés, Samuel, Noémie, Julianne, Mathis, Alexandrine, Julien, Antoine et les autres pourront bénéficier d’un cadeau inestimable : une histoire pour grandir. Une métaphore filée à même les mots de papa ou maman. Face à leur problème initial, ils auront de nouvelles options. Et dans la vie, plus on a de choix, plus on avance! Qui dit mieux?

Aïcha Van Dun
Illustrations : Mélisandre Lafond

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s